Aureliano marin

Chant - Contrebasse - Percussion

En 2005, Aureliano Marin quitte sa Cordoba natale et présente son nouveau projet musical ATC à Buenos Aires. La critique couvre d’éloges ce « nouveau talent du tango ». Se démarquant par une voix profonde et une manière unique d’interpréter, Aureliano sera présenté dans la presse comme un des chanteurs les plus particuliers de la chanson du Rio de la Plata (berceau d’origine du tango) et sera défini par les journalistes comme un représentant de la nouvelle vague du tango argentin. Grâce à ces critiques, Aureliano enregistre son premier album « Cool Tango », acclamé par la presse. Le label de jazz porteño MDR le contacte et lui propose de produire son second album « L’inmune », avec le soutien de la ville de Buenos Aires. S’en suivent de nombreux concerts sur la scène nationale comme internationale. En 2010, avec son troisième album « Cerras los ojos », Aureliano continue d’accroitre et installe sa notoriété sur la scène mondiale.

Ce succès amène Aureliano Marin à collaborer avec Tango negro (Groupe Juan Carlos Caceres), Astillero Tango (orchestre de tango Buenos Aires), L’ensemble Hyperion Ensamble de tango Italie), Gustavo Mozzi (musicien, directeur du festival de tango de Buenos Aires), Nicolas Ledema (Pianiste), Fernando Suarez Paz (violoniste de Astor Piazzolla), Lidia Borda (Chanteuse), Ramiro Gallo (violoniste Compositeur), I Skarbonari Groupe Suisse) et de nombreux autres musiciens ou groupes.

En 2010 et 2011, il effectue une tournée En Italie avec la compagnie de danse porteña No Bailaras (spectacle « Sin pecado concebido »). Aureliano Marin est contracté également pour la création musicale d’œuvres de théâtre en Argentine et en Suisse (pour la compagnie du théâtre du Passage).

Depuis 2011, Aureliano Marin habite dans le canton de Neuchâtel où il continue à se produire en Suisse et en Europe. Il est accompagné de musiciens suisses ou résidents en Suisse ainsi que de musiciens italiens et français : Raphael Pedroli (percussion, Suisse), Olivier Magarotto (piano, Suisse), Daniel Perrin (bandonéon, Suisse), Mimo Pisino (basse, Suisse),Jonatan Blaty( bandonéoniste, Argentine), Davide Longo (percussionniste, Suisse), Denis Croisonnier (accordéon, France), Rolo Medina (bandonéon, Argentine), Pablo Allende (guitare, Argentine), Gabriel Pozzolini (batterie, percussion, Italie), Modestino Musico (accordéon, Italie). 

www.aurelianomarin.com

Aureliano intervient dans les projets

Aureliano dans la presse

LA NACIÓN

“LE TANGUERO DE LA CONTREBASSE. La véritable attraction est comme il interprète un répertoire de tangos classiques : une bonne voix, du naturel et de la simplicité, un travail constant.”

Mauro Apicella

CLARIN

“Il est un des chanteurs de tango que les touristes ne s’attendent pas. Mais sa façon de chanter est spéciale et rare. Il sait poser sa voix de manière précise, le phrasé est calibré et unique et sa voix limpide et profonde tandis qu’il joue la contrebasse...”

Mariano del Mazo

AMBITO FINANCIERO

“MARìN : UN TANGUERO ECCEPTIONNEL EST NÉ. Le jeune musicien de Cordoue Aureliano Marìn se révèle un“tanguero”originale qui respecte la tradition du genre.”

Ricardo Salton

TELAM

“AURELIANO MARìN... s’est révélé l’un des jeunes interprètes les plus prometteurs de la décade. Les qualités de Marìn sont évidentes, et non seulement parce qu’il a une formation classique : Marìn ne chante ni joue faux, il ne crie pas, il module sa voix, il est une image réelle, un vrai artiste, il se fait entendre sans aucun problème. Il a une voix noire, mélodique, absolument énergique. Marìn n’est pas de mauvais goût.”

Hector Puyo

PERFIL

“Voilà un CD remarquable : COOL TANGO. L’album de début de Aureliano Tango Club a convaincu dès la première performance. La voix grave de AurelianoMarìn a de la puissance, de l’épaisseur et de la profondeur, et le son musical....loin d’être un son hybride et prétentieux, ajoute une touche de salutable raffinement.” Alejandro Lingenti

RADAR

“UN NOUVEL SON Aureliano Marìn et le jazz qui vient de Cordoue...Il mêle le tango au jazz, il joue de la contrebasse et chante dans un trio – L’Aureliano Tango Club – avec lequel il nous a surpris à l’occasion du dernier Festival du Tango de Buenos Aires...”

Carolina Prieto